Login

L’uberisation des experts-comptables et conseils fiscaux a-t-elle commencé ?


Invité à l’assemblée générale de l’Institut des Experts-comptables et Conseils fiscaux (IEC), le ministre Koen Geens a donné des explications sur la nouvelle législation annoncée concernant les sociétés. Outre la digitalisation, notamment, qui caractérise le secteur, il est également apparu que cette nouvelle réglementation aurait une influence sur le rôle que jouent actuellement les experts-comptables et conseils fiscaux. S’il est clair depuis longtemps que leur rôle ne se cantonne plus à l’établissement des comptes annuels, les explications données ont révélé que la dualité de leur rôle prenait une dimension cruciale : d’une part, comme conseillers de première ligne des entreprises et, d’autre part, comme générateurs de confiance dans l’intérêt général.


Fin avril, l’Assemblée générale de l’Institut des Experts-comptables et Conseils fiscaux (IEC) a accueilli le ministre Koen Geens comme orateur invité. Ce n’était évidemment pas un hasard, puisque nous sommes à la veille de la nouvelle législation sur les sociétés. La simplification des formes de société avec une flexibilité accrue pour la SPRL, l’abrogation des règles en matière de capital et de protection du capital et leur remplacement par d’autres règles plus efficaces pour protéger les créanciers influenceront de manière fondamentale l’exercice journalier de la profession.


Mais ce ne sont pas quelques modifications réglementaires qui donnent à la profession d’expert-comptable et de conseil fiscal un autre visage. Le président Benoît Vanderstichelen indiquait déjà dans son mot d’introduction que l’évolution technique, notamment la digitalisation, la concurrence, la demande de conseils plus personnalisés et plus stratégiques au-delà des obligations classiques de déclaration ne devaient pas constituer une menace, mais créer au contraire de nouvelles opportunités qui confirment le rôle de l’expert-comptable et du conseil fiscal comme conseillers de première ligne dans l’entreprise.


Afin de donner à ces ambitieux textes de loi un contenu pragmatique, le vice-président Bart Van Coile a lancé un appel chaleureux au ministre pour qu’il consulte l’IEC dans ce cadre et fasse évaluer les conséquences pratiques par des personnes de terrain.
Il a ensuite souligné la dualité de la fonction d’expert-comptable et de conseil fiscal, qui est aussi une fonction génératrice de confiance dans l’intérêt général. En effet, le rôle que ces professionnels jouent déjà dans le cadre de la législation sur la continuité des entreprises – laquelle sera désormais intégrée dans le Code de droit économique – doit s’entendre comme un accompagnement du chef d’entreprise, mais vise également à stimuler la confiance de notre société dans la stabilité financière, surtout en ce qui concerne les PME.
 

La transformation de la profession – qui combine connaissances, savoir-faire et aptitudes sociales – constitue le fil rouge des défis que l’IEC veut traduire en projets innovants au cours de l’année 2017. Les notions fondamentales et les éléments essentiels pour y parvenir sont les filières d’études appropriées pour l’accès à la profession, à la spécialisation et aux titres adéquats, les missions d’objectivation (missions d’assurance et missions ne relevant pas de l’assurance au sens de l’ISRS 4410), l’évolution du contenu des titres professionnels, l’e-mandat, le rapprochement accru entre Instituts et la politique en matière de communication et de lutte contre la fraude fiscale. L’uberisation des experts-comptables et conseils fiscaux a résolument commencé !


L’Institut des Experts-comptables et des Conseils fiscaux (IEC)


L’Institut des Experts-comptables et des Conseils fiscaux est une organisation professionnelle de droit public créée par la loi du 22 avril 1999 relative aux professions comptables et fiscales.
L’Institut a pour mission de veiller à la formation et d’assurer l’organisation permanente d’un corps de spécialistes capables de remplir les fonctions d’expert-comptable et de conseil fiscal, dont il peut contrôler et préciser l’organisation, avec toutes les garanties requises au point de vue de la compétence, de l’indépendance et de la probité professionnelle. L’Institut veille également au bon accomplissement des missions confiées à ses membres.
L’Institut compte 8 454 membres et stagiaires (6 259 membres-personnes physiques et 2 195 stagiaires) dont la grande majorité sont membres de l’Institut en qualité d’expert-comptable et de conseil fiscal. De plus, 3 446 sociétés sont reconnues auprès de l’Institut. www.iec-iab.beinfo@iec-iab.be.
Le secteur emploie au total 21.825 personnes, dont 3.526 employeurs et 18.299 employés.
L’expert-comptable est le conseiller légal et permanent des entreprises, plus précisément dans le domaine très étendu de l’administration, l’organisation comptable et la fiscalité des entreprises. C’est l’expert-comptable qui organise la comptabilité, redresse les comptes et conseille l’entreprise quant à la situation réelle sur les plans financier, économique et fiscal. Les services que fournit l’expert-comptable à l’entreprise sont très nombreux et d’une grande portée sociale. L’expert-comptable est également en mesure de réaliser un certain nombre de missions de contrôle, qu’il partage avec le réviseur d’entreprises, telles que l’établissement d’un rapport de contrôle lors de la dissolution d’une société. Enfin, l’expert-comptable est le seul professionnel qui, dans la mesure où aucun commissaire n’est désigné, peut se charger de l’accompagnement ou de la représentation d’une société individuelle dans le cadre de ses pouvoirs d’investigation et de contrôle.
Le conseil fiscal est habilité à donner des avis se rapportant à toutes matières fiscales, assister les contribuables dans l’accomplissement de leurs obligations fiscales et les représenter.

Contact presse
Sonja Van Caneghem
0475 61 79 35
svc@5tcom.eu


 


visionné 242 fois

Rubriques: Kluwer Tax








Le meilleur de Twitter selon TaxWorld